Le label Tourisme et handicap



Le label Tourisme et handicap

            Le logo « Tourisme et Handicap » a pour objectif d’apporter une information fiable, descriptive et objective de l’accessibilité des sites et équipements touristiques en tenant compte de tous les types de handicaps et de développer une offre touristique adaptée et intégrée à l’offre généraliste.


Le Label « Tourisme & Handicap » est une réponse à la demande des personnes en situation de handicap qui veulent pouvoir choisir leurs vacances et leurs loisirs en toute liberté. Le label apporte une garantie d’un accueil efficace et adapté aux besoins indispensables des personnes handicapées. Les documents utilisés pour l’évaluation qui précède la labellisation ont été élaborés en concertation entre les associations de prestataires du tourisme et les représentants des personnes handicapées.

Le label est aussi un moyen de sensibiliser les professionnels du tourisme à l’accueil des personnes handicapées grâce aux unions professionnelles mais aussi par l’intermédiaire du réseau français d’institutionnels du tourisme (office de tourisme, syndicat d’initiative, comité départemental et régional du tourisme). L’association Tourisme & Handicaps s’y emploie en permanence.



Le label, pour quoi faire ?


Pour les touristes handicapés, c’est une garantie. 

Pour un touriste handicapé, le label Tourisme et Handicap constitue la preuve de l’engagement concret ainsi que la garantie d’un accueil efficace et adapté. Le logo, apposé à l’entrée des sites, établissements et équipements touristiques et sur tous documents renseigne les personnes handicapées de façon fiable, homogène et objective sur leur accessibilité en fonction du handicap (moteur, visuel, auditif et mental) grâce à quatre pictogrammes.
Le label Tourisme et Handicap favorise l’émergence de produits et de services touristiques réellement ouverts à tous, et garantit à tous les touristes handicapés un accès à l’information leur permettant un maximum d’autonomie.


Pour les professionnels du tourisme, c’est un avantage concurrentiel.


Le label Tourisme et Handicap est d’abord une reconnaissance : il sanctionne les efforts des professionnels du tourisme en matière d’accessibilité et d’accueil des clientèles spécifiques. Tous ceux qui ont demandé à être labellisés s’affirment en effet comme des acteurs et des ambassadeurs de l’accueil du public handicapé.
Leur choix en faveur de ce public spécifique va de pair avec une réflexion commerciale parfaitement raisonnée : en arborant le label Tourisme et Handicap, ils mettent en avant un avantage concurrentiel important sur les plans national, européen et international. La présence du label Tourisme et Handicap sur chacun de leurs documents attire en effet vers leurs sites une nouvelle clientèle au pouvoir d’achat non négligeable.



Le label, pour qui ?


Ce label est destiné à la clientèle à besoins spécifiques afin qu’elle bénéficie d’une information fiable sur l’accessibilité des lieux de vacances et de loisirs. Pour la première fois, les personnes handicapées vont disposer d’une information fiable sur les quatre handicaps : moteur, mental, auditif et visuel. Offrir aux personnes handicapées l’autonomie à laquelle ils aspirent, c’est leur ouvrir le plus grand nombre de portes. La liste des professionnels susceptibles de recevoir le label est particulièrement vaste.

Elle comprend notamment :

  • Tous les types d’hébergements : hôtels, villages de vacances, maisons familiales, chambres d’hôtes, centres d’accueil de jeunes, auberges de jeunesse, résidences de tourisme, locations de meublés et de gîtes, campings, …
  • Les établissements de restauration de toutes natures : restaurants, bars, brasseries, fermes auberges, crêperies…
  • Tous les sites touristiques : monuments, musées, salles d’exposition, châteaux, sites remarquables, jardins…
  • L’ensemble des sites de loisirs : parcs à thèmes, salles de spectacles, équipements sportifs et récréatifs, piscines et équipements balnéaires, bases de loisirs, salles de sports…

Les conditions d’attribution du label ont été formalisées par le ministère délégué au tourisme qui a confié à l’association « Tourisme et Handicaps » la mission d’aider concrètement à sa mise en place.


 Les 4 types de handicap :

 

 
  •  Le Handicap Moteur
 

Les troubles de la motricité peuvent signifier une atteinte partielle ou totale de la mobilité et parfois des troubles de la communication, des difficultés à contrôler ses gestes et à s’exprimer ; mais sans altérer pour autant les capacités intellectuelles. Les personnes en situation de handicap moteur peuvent être en fauteuil roulant (manuel ou électrique), se déplacer avec un déambulateur, une canne, des béquilles ou être mal marchantes. Celles qui voyagent seules, sont indépendantes dans la vie quotidienne si elles bénéficient d’un environnement adapté. En revanche, celles qui ont besoin d’aide dans les gestes de la vie quotidienne sont généralement accompagnées. 

 

 
  •  Le Handicap Mental
 


Le handicap mental est un handicap de la compréhension, de la communication et de la décision. Les personnes ayant un handicap mental éprouvent des difficultés à se situer dans l’espace et dans le temps. Cela nécessite une compensation adaptée qui est essentiellement une aide humaine à laquelle peut s’ajouter une aide technique.
Il importe de souligner que la personne illettrée ou analphabète ou ne maîtrisant pas la langue du pays, les enfants, certaines personnes âgées, auront le même mode de fonctionnement que la personne ayant des difficultés de compréhension et de communication; c’est à dire qu’elles seront à la recherche d’informations visuelles et sonores simplifiées.

 

 
  •  Le Handicap Auditif
  La principale difficulté est de percevoir, d’entendre et de déchiffrer les messages sonores dont la parole. La perte de la stéréophonie ne permet plus de localiser l’origine du bruit.
Il faut distinguer la personne sourde de la personne malentendante.
- La personne sourde : est une personne née sourde, ou qui a perdu l’ouïe. Elle n’entend pas la parole et ne peut être aidée que par des techniques visuelles (langue des signes par exemple).
- la personne malentendante : dispose d’un reste auditif exploitable. Elle peut bénéficier d’aides sonores (appareils auditifs, boucle magnétique…) et utiliser la technique de lecture labiale.

 

 
  •  Le Handicap Visuel
  Parmi les personnes déficientes visuelles il faut distinguer les personnes non-voyantes des personnes malvoyantes.
- Les personnes non-voyantes : ont une cécité totale et appréhendent le monde principalement par leurs autres sens (toucher, ouïe, odorat, goût). Elles se déplacent le plus souvent avec une canne blanche qui leur permet de détecter les obstacles ou avec un chien guide.
- Les personnes malvoyantes : perçoivent différemment les éléments de l’environnement en fonction de leur type de vision (floue, champ visuel réduit,…). L’éclairage, l’encombrement des lieux, le contraste des obstacles et des reliefs influents sur leur capacité à percevoir l’espace. Il faut leur donner des repères de voyants qui peuvent être complétés par des indices faisant appel aux autres sens.
Certaines personnes malvoyantes se déplacent avec une canne (régulièrement ou ponctuellement), ou un chien guide, pour détecter les obstacles non perçus visuellement.
 
   


Plus d'infos : TOURISME ET HANDICAP