Faire la route des vins du Languedoc-Roussillon, rencontrer les vignerons, découvrir le vin et s'adonner à l'oenotourisme en France



<< Retourner à la page Route des vins

Visiter la route des vins du Roussillon


Les Albères


 

  • Un premier périple pourrait commencer à Argelès sur Mer sur la Côte Vermeille et remonter la vallée du Tech jusqu'au Boulou (D 618) en passant par Saint-André et Saint-Génis des Fontaines.
  • A droite, les vignobles de Saint-André et de Palau-del-Vidre, à gauche ceux de Sorède, Laroque-des-Albères, Montesquieu, au pied de la chaîne des Albères. Après une courte visite ou une immersion salutaire aux bains du Boulou, forts réputés, il est temps de prendre la direction du bourg de Céret (D 118), célèbre pour la qualité de ses cerises, son très beau musée d'Art moderne et son fameux vieux pont aux arches aériennes.
  • La route des Albères, très pittoresque, permet notamment de passer visiter le musée du Liège de Maureillas-las-Illas, musée qui retrace tout le travail de cette matière, de la levée sur l'arbre au marquage du bouchon.





  • On montera ensuite vers le col de Llauro (D 615) à travers les châtaigners puis on prendra la direction de Fourques et de Tresserre (D 2 puis D 40). Le paysage vallonné de terrasses caillouteuses et sèches parsemées de vieilles vignes, d'oliviers, de roseaux et de cyprès n'a rien à envier aux plus belles collines de Toscane. C'est le terroir des Aspres, anciens golfes remblayés par les alluvions du secondaire et du tertiaire, qui continue vers Banyuls-del-Aspres, Brouilla, Ortaffa et se termine à Elne, avec son incroyable cloître de marbre bleu.
  • Retour à Argelès-sur-Mer, au sud de la plaine de la Salanque, à moins que les courageux ne poussent jusqu'à Collioure où une signalisation "Circuit du vignoble" existe jusqu'aux alentours de Banyuls.



La Vallée de la Têt, les Aspres


 

  • On peut aussi choisir de remonter le cours de la Têt depuis Perpignan, d'abord en direction de Saint-Estève puis d'Ille-sur-Têt en passant par Baho, Pézilla et Corneilla-la-Rivière.
  • Au milieu de magnifiques allées de platanes centenaires, on aperçoit sur la droite le formidable point de vue de l'ermitage de Força-Réal qui domine toute la plaine du Roussillon et sur la gauche le pic du Canigou qui culmine à 2 785 m.
  • La rivière traversée sur le très pittoresque pont d'Ille-sur-Têt, la remontée continue vers la retenue de Vinça.
  • En direction de Prades (N 116), on peut observer les terrasses moyennes de la Têt, autour de 100 m d'altitude, formées de quantités considérables de cailloux provenant du massif du Canigou, et sur lesquelles sont implantés les vignobles de Bouleternère, Espira-de-Conflent et Marquixanes, limite ouest de la zone d'appellation Côtes du Roussillon.




 
  • A Vinça, traverser la Têt par la D 13 vers Tarerach, puis prendre la D 17 à droite jusqu'à Montalba le château et Bélesta où le musée préhistorique mérite une halte. Il est temps de redescendre vers Ille-sur-Têt (D 21) pour admirer les étonnantes "cheminées de fées" et les dépôts d'argiles de différentes couleurs. Dans le village, prendre la direction de Corbère-les-Cabanes (D 615).
  • Après le village, une halte s'impose pour visiter le château de Castelnou et son village fortifié au pied du Roc de Majorque avant de descendre vers Thuir (D 48) et ses fameuses caves, limite entre le nord des Aspres et la plaine du Roussillon. Une petite route nous emmène à Sainte-Colombe et à Terrats (D 18), puis à Trouillas (D 612), à travers les arbres fruitiers et les vignes, vers Toulouges en passant par Ponteilla et Canohès (D 23) d'où l'on rejoint Perpignan.



La Vallée de l'Agly et les Fenouillèdes



 
  • Il est tout aussi passionnant de suivre la troisième rivière, l'Agly, la plus septentrionale. Elle baigne le bassin du Roussillon et coule au coeur d'une vallée riche et fertile.
  • L'idéal pour en avoir une vision complète est de quitter Perpignan en piquant vers le nord pour rejoindre Rivesaltes (D 117). Là s'ouvre le vignoble du Crest, plaine caillouteuse complexe, où les alluvions torrentielles se sont déposées depuis des millénaires et enrichissent chaque jour les vieux ceps tourmentés.
  • Après Espira-de-l'Agly (superbe église du XIIe siècle), Cases-de-Pène (ermitage au superbe point de vue) et Estagel, on bifurquera vers la droite en direction de Tautavel (D 9) puis de Vingrau avant de rejoindre Maury (D 9 ou D 12/D 611 puis D 177) en admirant les vestige du château cathare de Quéribus.
  • A Saint-Paul de Fenouillet, célèbre pour ses croquants aux amandes, un petit détour dans les gorges de Galamus s'impose avant de prendre une petite route (D 619) qui nous fait quitter le terroir des Fenouillèdes et permet de longer les magnifiques vignobles de Lesquerde et de Saint-Arnac en direction d'Ansignan.



  • On descend alors l'Agly au gré de ses méandres vers Caramany (D 9). Juste avant le village, la rivière nous ramène vers Latour-de-France en passant par Rasiguères et Planèzes par le nord (D 9) ou plus nonchalamment par le sud en passant par Bélesta (D 21) vers le château de Caladroy (D 38) que l'on admirera au milieu de son parc planté d'essences exotiques. Au col de la Bataille, une visite au formidable panorama de Força-Réal (597 m) s'impose (D 38) avant de récupérer la route de Montner (D 612), Latour-de-France et Estagel.
  • De là, la petite route vers Calce (D 1 puis D 18) traverse des paysages sauvages et redescend jusqu'à Baixas (D 18). On comprend alors la grandeur et la complexité des terroirs de l'appellation Côtes du Roussillon Villages et Côtes du Roussillon.
 

La plaine de la Salanque - Le Littoral


 
  • Pourquoi ne pas emprunter le long cordon littoral sableux qui sépare la Méditerranée de la Salanque, secteur marécageux où se sont accumulés pendant des millénaires plusieurs mètres d'épaisseur d'alluvions de l'Agly et de la Têt ?
  • Il faut partir d'Opoul, frontière nord du vignoble des Côtes du Roussillon Villages ou de Salses à l'incroyable fort de briques roses, exemple unique de l'architecture militaire espagnole du XVe siècle.
  • Puis direction Saint-Hippolyte (D 11), Claira (D 41) et Torreilles où l'on traverse l'Agly.
  • Plein sud, le long du littoral vers Canet en Roussillon (D 11) et son étang majestueux puis en direction de Villeneuve de la Raho toujours vers le sud, en passant par Saint-Nazaire et Saleilles.
  • Il faut alors tourner autour du plan d'eau vers Pollestres (D 39) puis Bages (D 49) d'où l'on atteint Montescot (D 612).
  • Il est temps de rejoindre la Côte Vermeille par Corneilla-del-Vercol (D 80), Théza, Alénya et Saint-Cyprien (D 22). Après une balade sur la plage, c'est entre l'étroite bande qui sépare la Méditerranée de l'étang de Canet que l'on remonte la Côte Vermeille vers Canet puis Saint-Laurent-de-la-Salanque (D 81), au bord de l'étang de Leucate.

Plus d'informations? :
www.vinsduroussillon.com